17 oct. 2014

♦ La part de l'autre

Eric-Emmanuel Schmitt 
Edition : Le livre de poche
Genre : Contemporain
6,95  ____ 471 pages
Paru en France en 2001

8 octobre 1908 : Adolf Hitler recalé. Que se serait-il passé si l'école des beaux-arts de Vienne en avait décidé autrement ? Que serait-il arrivé si, cette minute-là, le jury avait accepté et non refusé Adolf Hiter, flatté puis épanoui ses ambitions d'artiste ?
Cette minute-là aurait changé le cours d'une vie, celle du jeune, timide et passionné Adolf Hitler, mais elle aurait aussi changé le cours du monde...
 _________________________________________________________________

Note : 8/10. Un sujet risqué, mais finalement une grande claque qui marche !
_________________________________________________________________

Qu'en penses-tu, Erenella ?

Dans ma PAL depuis 2 ans, j'ai toujours eu envie de découvrir ce livre sans pour autant oser sauter le pas. Sans doute par peur de ne pas adhérer à l'histoire, ou peur de "m'attacher" à une personnalité tristement connue pour sa cruauté. Finalement, grâce à ma partenaire Julie avec qui j'ai lu ce livre, j'ai fait sans doute l'une des plus belles découvertes de l'année ! Le paradoxe ? Ce n'est pourtant pas un coup de cœur... Explications.

J'ai retrouvé avec plaisir l'écriture poétique et surtout authentique d'E.E Schmitt. C'est le troisième livre que je lis de cet auteur et il ne m'a jusque là jamais déçue. Cet homme possède une plume naturellement percutante et juste comme on en voit rarement. Alors transposée à un livre semi-historique, cela m'a permis d'en apprendre énormément sur Hitler et sa vie. Peut-être qu'à travers des manuels scolaires cela serait moins bien passé. Ici tout est romanisé et donc ça marche ! Notre attention est captée du début à la fin, bien qu'on puisse parfois se sentir frustré, oppressé ou impuissant.

L'originalité de ce livre réside dans la construction du livre : d'une part on suit le véritable Hitler depuis la fin de son adolescence, on est témoin de sa folie qui arrive petit à petit, ses idées, ceux qui les ont aidé à germer et les choix qu'il a fait. Son bagage personnel y est pour beaucoup et cela, c'est précisément quelque chose dont on entend rarement parler. Quand on prend en compte tout cela on arrive parfois à comprendre ce tyran. Mais comme le dit lui-même l'auteur : comprendre ne veut pas dire accepter. Et j'avoue m'être trouvée parfois mal à l'aise face à un sentiment de compassion que j'ai pu éprouver pour le personnage historique.

D'autre part, on va découvrir un personnage fictif, que l'auteur baptise simplement Adolf. Celui-là semble plus heureux, mais va tout de même développer une sorte de folie artistique. Ces chapitres ont été les plus plaisants à mon goût, et Schmitt a pris soin d'incorporer dans son roman d'autres personnalités connues (tel Sigmund Freud, et je me suis bien éclatée à lire des passages où il met en oeuvre sa psychanalyse ! ;-D). Les personnages secondaires m'ont beaucoup plu : les femmes, les amis d'Adolf.. Ils sont l'exact opposé de ceux que le véritable Hitler côtoie. Ainsi plus on avance dans le roman, plus on voit l'écart se creuser entre les deux personnages, et la différence de vie est flagrante !

Je tire mon chapeau à l'auteur pour avoir su prendre un risque aussi gros qu'est celui d'avoir voulu reconstituer un roman sur la vie d'Hitler. Certes, c'est une personnalité dont on parle à l'école, où pour des anniversaires funestes, mais pour autant les gens n'ont pas forcément envie d'en savoir plus sur un fou pareil (à moins d'être historien ou passionné par la seconde guerre, s'entend). Et dans une carrière littéraire, ça aurait pu coûter cher à Eric-Emmanuel Schmitt ! Et pourtant le livre a réellement marché et c'est tant mieux ! Non seulement on en apprend historiquement (et j'ai fait des recherches complémentaires sur Internet : les dates, personnages et lieux sont TOUS exacts. C'est donc un livre qui fourmille d'informations vraies et ça m'a beaucoup plu) mais en plus il a un impact sur le lecteur. En effet, il y a une certaine remise en question nous-même, sur la condition humaine, l'effet de groupe, les influences qu'ont les opportunités et les choix que l'on fait dans une vie, mais surtout il nous fait comprendre que nous aussi nous avons du mauvais en nous. Simplement nous sommes en majorité capable de le gérer.

Je pense que si je n'ai pas pu attribuer la mention coup de cœur à ce livre, c'est surtout par rapport aux passages difficiles sur Hitler et le malaise que cela m'a fait ressentir, mais aussi à cause des pensées que le livre provoque en nous (notamment le fait que l'on puisse être dangereux pour nous et les autres). C'est une prise de conscience qui a flotté au-dessus de moi quelque temps avant que je ne puisse à nouveau me changer les idées. Je le redis : mais l'impact de ce livre sur le lecteur est juste fou ! Alors oui, c'est vraiment bien joué de la part de l'auteur, mais c'était trop pesant pour moi.

L'auteur nous propose son journal à la fin du livre, qu'il a rédigé tout au long de l'écriture de son roman. Au fur et à mesure que son livre prend forme on est témoin des changements qui s'opèrent en lui : plus il s'imprègne d'Hitler, plus il devient taciturne, agressif, etc.. j'ai trouvé ça super et dingue à la fois, mais c'est bien la preuve qu'il s'est investi à fond dans son projet d'écriture, quitte à s'éloigner de ses proches de façon volontaire ou non. Je voulais le signaler car c'est rare d'avoir un témoignage d'auteur sur l'écriture d'un livre, et celui-là en particulier a retenu mon attention parmi le peu que j'ai pu lire.

En bref, ce roman est une perle à double tranchant : addictif, plaisant pour ses exactitudes historiques et la partie fictive, et il confirme bien le fait que l'auteur est bourré de talent. Mais il est aussi redoutable car il est parfois pesant, oppressant et les prises de conscience qu'il procure au lecteur abordent des sujets difficiles et parfois sensibles. Doté d'une force hors normes, ce livre n'est pas à mettre entre toutes les mains. Mais je le conseille à ceux qui aiment l'Histoire, la réflexion et les belles plumes pleines de vérités humaines.

____________________________________________________________________________________________________

En voici  quelques citations :

« Un homme est fait de choix et de circonstances. Personne n'a de pouvoir sur les circonstances mais chacun en a sur ses choix. »

« Il n'y a trahison que lorsqu'il y a promesse. »
____________________________________________________________________________________________________

8 commentaires:

  1. Un livre qui me tente énormément et tu me donnes bien envie de le découvrir :)

    RépondreSupprimer
  2. Un livre que je m'achèterai à l'occasion !

    RépondreSupprimer
  3. Tout comme Boom ^^ C'est un livre que j'ai très envie de lire, et ta chronique me donne encore plus envie de m'y pencher !

    RépondreSupprimer
  4. Coucou ! :D Je prends enfin le temps de te répondre, je dois dire qu'avec les cours, j'ai eu moi aussi beaucoup de mal à me connecter :) J'ai lu ta chronique et elle est superbe ! Nous sommes du même avis mais ça tu le savais déjà :) (je publie ma chronique dès que je peux, je te tiendrais au courant)
    Vite qu'on se refasse une LC ! D'ailleurs je vais regarder ta PAL sur le champs, en espérant pouvoir s'en planifier une le plus rapidement possible :D Bisous <3

    RépondreSupprimer
  5. je n'avais pas accroché avec ce livre malgré une idée originale et très bonne

    RépondreSupprimer
  6. Ce n'est pas trop mon genre pour le moment :/ De cet auteur j'ai lu la nuit de valognes qui m'a beaucoup plus mais celui-ci ne m'interesse pas pour le moment bien que le sujet est assez intriguant on verra dans les années à venir :)

    RépondreSupprimer
  7. Je l'ai lu il y a 10 ans déjà...et je m'en souviens encore,il est dans ma liste de livres qui m'ont marquée...pour repasser dans la légèreté, je suis ravie d'avoir découvert ton blog

    RépondreSupprimer
  8. Je n'étais pas tentée, mais ton avis me fait voir ce livre autrement, à voir donc !

    RépondreSupprimer