23 déc. 2013

Le Meilleur des mondes

Aldous Huxley
Edition : Pocket
Genre : Science-fiction
8,80  ____ 319 pages
Paru en France en 1932

Résumé :
Voici près d'un siècle, dans d'étourdissantes visions, Aldous Huxley imagine une civilisation future jusque dans ses rouages les plus surprenants : un Etat Mondial, parfaitement hiérarchisé, a cantonné les derniers humains «sauvages» dans des réserves. La culture  in vitro des fœtus a engendré le règne des «Alphas», génétiquement déterminés à être l'élite dirigeante. Les castes inférieures, elles, sont conditionnées pour se satisfaire pleinement de leur sort. Dans cette société où le bonheur est loi, famille, monogamie, sentiments sont bannis.
Le meilleur des mondes est possible.
Aujourd'hui il nous paraît même familier...
_________________________________________________________________

Note : 6/10. Une corvée à la lecture, mais une réflexion intéressante par la suite.
_________________________________________________________________

Qu'en penses-tu, Erenella ?


J'ai lu ce livre parce qu'il devait être à la base une lecture commune avec Aroua. Cependant elle n'a vraiment pas accroché au livre, et je dois dire que moi non plus... Pourtant j'étais déterminée à le finir, une fois que je l'ai commencé, histoire de me dire que je l'avais sorti de ma PAL. J'en ai entendu tellement de bien en cours que je suis persuadée de le finir, mais...

Le début est iiiiincroyablement long. On nous présente les laboratoires où sont faits les foetus et on nous explique comment ils sont conditionnés pendant 50 à 70 pages. Certes, c'est la base pour comprendre le livre. Mais cela aurait dû être abrégé à mon goût, surtout que cette mise en route est pleine de données scientifiques dont on a pas grand chose à faire... Cela démontre tout de même le travail acharné de l'auteur pour nous monter un monde crédible.

Ensuite on découvre quelques personnages de la caste Alpha et Bêta : Bernard, Lenina, Helmolthz... et on voit vraiment à travers eux le conditionnement qui existe dans ce monde censé être meilleur que tous les autres. Tout le monde appartient à tout le monde, les heures de travail sont régulées et payés en ration de soma (pilule permettant un repos dans lequel les hommes rêvent)... Cependant tout va changer lorsque John va faire son apparition : cet homme n'a pas été conditionné, il vit "à l'état sauvage" et possède une culture, des sentiments, une famille. Il est perçu comme une abomination, voire comme une vulgaire bête de foire. Incompris, il est celui dont nous sommes le plus proche, ayant conservé son libre-arbitre.

C'est à partir de là que le libre devient intéressant : nous avons à faire à un véritable combat philosophique dont les deux points de vue qui s'opposent sont : d'un côté les responsables du meilleur des mondes avec l'idée que tout est plus facile lorsque chaque homme est créé pour aimer sa fonction et avoir sa place dans les rangs (ainsi disparaissent la jalousie et les guerres) et de l'autre côté John, qui a gardé sa capacité à penser par lui-même et l'émerveillement de ce qui l'entoure. J'ai beaucoup aimé ces pensées sachant que quelque part les deux ont raison mais aussi tord. Grâce à ce roman, chacun peut se faire son propre avis sur la question. C'est ce qui m'a fait augmenter la note du livre.

La fin est tout de même très étrange : j'ai compris le mouvement de la foule mais reste néanmoins sur une sensation d'inachevé ou de mal fait.. Je n'ai pas compris où l'auteur voulait en venir. On ressent beaucoup de souffrance.

Globalement, je dirais que ce livre a été assez long et pénible à lire à cause des trop nombreux détails qui créent le monde d'Aldous Huxley. Je me console de cette déception en me disant que c'est normal dans de la science-fiction d'avoir autant de détails qui permettent de rendre le monde crédible, mais la plus grande force du livre réside plutôt dans la confrontation de la question suivante : doit-on oui ou non conserver notre libre-arbitre pour bien vivre ? Ou y renoncer serait la solution pour  cesser les guerres dans le monde, quitte à perdre notre véritable identité ?

Malgré mon avis mitigé, c'est un livre que je conseille tout de même parce qu'il et un classique de la science-fiction et qu'il offre au final une belle réflexion, utile et essentielle.

Il existe une suite appelée Retour au meilleur des mondes que personnellement je n'envisage pas de lire tout de suite, mais pourquoi pas un jour ?
____________________________________________________________________________________________________

En voici quelques citations :

« L'expérience, ce n'est pas ce qui arrive à quelqu'un, c'est ce que quelqu'un fait avec ce qui lui arrive. »


« - Mais je n'en veux pas, du confort. Je veux Dieu, je veux de la poésie, je veux du danger véritable, je veux de la liberté, je veux de la bonté. Je veux du péché.
- En somme, dit Mustafa Menier, vous réclamez le droit d'être malheureux.
- Eh bien, soit, dit le Sauvage d'un ton de défi, je réclame le droit d'être malheureux.»


« Le monde est stable, à présent. Les gens sont heureux ; ils obtiennent ce qu'ils veulent, ils ne veulent jamais ce qu'ils ne peuvent obtenir. Ils sont à l'aise ; ils sont en sécurité ; ils ne sont jamais malades ; ils n'ont pas peur de la mort ; ils sont dans une sereine ignorance des passions et de la vieillesse ; ils ne sont encombrés de nuls pères ni mères ; ils n'ont pas d'épouses, pas d'enfants, pas d'amants, au sujet desquels ils pourraient éprouver des émotions violentes ; ils sont conditionnés de telle sorte que, pratiquement, ils ne peuvent s'empêcher de se conduire comme ils le doivent. Et si par hasard quelque chose allait de travers, il y a le soma. »
____________________________________________________________________________________________________

8 commentaires:

  1. J'ai trouvė aussi que la lecture était laborieuse et je m'attendais à mieux, malheureusement!!

    RépondreSupprimer
  2. J'ignore si je le lirais un jour, mais en tout cas, je trouve l'histoire plutôt intéressante.

    RépondreSupprimer
  3. Des livres longs et pénibles à lire, comme tu le dis, ne me tentent pas vraiment ! Je déteste quand ça traîne ! :/

    RépondreSupprimer
  4. Il ne me tente pas plus que ça et comme tu as trouvé que c'était une corvée, je ne me lancerai pas dans cette lecture.

    Evasion-litteraire

    RépondreSupprimer
  5. J'ai prévu de le lire un jour mais bon ca ne sera pas pour tout de suite. En tout cas grâce à ton avis je sais à peu près à quoi m'attendre et je serais donc peut-être moins déçue.

    RépondreSupprimer
  6. Je lirai ce livre à coup sûr dans la nouvelle année, le plus tôt possible :D

    RépondreSupprimer
  7. Ce n'est pas un livre de l'auteur qui me tente, j'ai lu Temps futurs que j'ai trouvé pas mal mais sans plus ^^

    RépondreSupprimer